Dermatoses parasitaires des Ruminants
 

 

---------------Raclage cutané---------------

 

Cet examen est particulièrement facile à réaliser en pratique courante : il nécessite un minimum de matériel, et s´avère peu onéreux, ce qui permet son renouvellement en cas de résultat négatif ou douteux. Il s´agit donc un examen de première intention en dermatologie parasitaire.
 
LES AFFECTIONS A RECHERCHER
  • Sarcoptes scabiei
  • Chorioptes bovis
  • Psoroptes sp
  • Demodex sp
  • Dermatophytes
  • Besnoitia besnoiti
  • Strongyloïdes papillosus
  • Stephanofilaria sp
LE MATERIEL NECESSAIRE
  • Ciseaux
  • Lame de bistouri émoussée
  • Lames de microscope dégraissées
  • Lamelles
  • Huile minérale : lactophénol ou hydroxyde de potassium (KOH) à 10 % pour une observation immédiate, ou huile de paraffine pour une conservation des parasites quelques heures
  • Kit de coloration rapide (Diff Quick®, RAL 555®)
  • Microscope optique
  • Huile à immersion
LE PRELEVEMENT
  • Préparation

Il est nécessaire, pour optimiser les chances de récolter des parasites, de choisir une lésion récente, non lichénifiée ou érodée, peu remaniée et n'ayant subit aucun traitement topique préalable.

Le choix des zones cutanées à prélever est établi en fonction de l’agent parasitaire recherché, de la topographie et de l’aspect des lésions: dans le cadre d'une suspicion de teigne, il est préférable de racler le centre de la lésion. Dans la cadre d'une suspicion de gale par contre, il faut choisir une zone apparemment saine, ou un bouton de gale.

Dans le cas particulier d'une recherche de Besnoitia besnoiti, la zone à prélever est celle sur laquelle les kystes parasitaires se forment en premier, c'est à dire la conjonctive.

 

Une tonte rapide est réalisée en périphérie en coupant les poils aux ciseaux, une désinfection légère est également possible, et permet, en cas de suspicion de teigne, d'éviter le développement de champignons saprophytes tout en permettant celui des Dermatophytes.

 

  • Technique

Le prélèvement s’effectue avec une lame de bistouri émoussée préalablement enduite de lactophénol.


Le raclage consiste à prélever l´épiderme et les parasites présents à sa surface ou dans son épaisseur, en raclant un pli de peau pressé entre le pouce et l´index, à l´aide de la lame de bistouri maintenue perpendiculairement. La peau doit être raclée toujours dans le même sens, superficiellement pour la recherche de poux, de Chorioptes ou Psoroptes, jusqu'à la rosée sanguine pour la recherche de Sarcoptes ou de Dermatophytes.
Il est préférable de renouveler les raclages sur deux ou trois lésions d´âges différents.

 

Ci contre: raclage d´une lésion de teigne sur un bovin. Photo: V.Roblin

 


  • Traitement et observation du prélèvement


Le matériel récolté est ensuite déposé sur une lame avec une goutte de liquide d'éclaircissement ( lactophénol , KOH, huile de paraffine), étalé et écrasé avec la lame de bistouri et recouvert d´une lamelle. Pour faciliter l´examen, il convient de bien délayer le produit de raclage afin de pouvoir l´étaler en une couche aussi fine que possible.

 

Ci contre: étalement du produit de raclage sur une lame. Photo: V.Roblin

En cas de prélèvement trop compact, il est également possible d'additionner une goutte de potasse à 10% et de chauffer légèrement la lame.

Dans le cadre d'une recherche d'acariens, il est également possible de laisser tremper le prélèvement pendant 20 minutes dans de la potasse à 10% afin de digérer les débris, puis de centrifuger l'ensemble afin de concentrer les parasites, qui seront récupérés à la surface du liquide et observés au microscope.


La lame est ensuite observée au microscope, au faible puis au fort grossissement (x10 et x40), le diaphragme étant réglé au minimum et la puissance de la lumière maximale. Pour une bonne fiabilité de l´observation, il convient de couvrir toute la surface de la préparation de façon méthodique.

Dans le cadre d´une suspicion de besnoitiose et donc de raclage conjonctival, le produit de raclage est fixé à l´alcool méthylique et coloré pendant 30 minutes dans du Giemsa tamponné par du phosphate à 10%.

 

  • Conservation

Les Demodex étant très fragiles et lysés rapidement, leur observation doit être immédiate. Les autres acariens résistent bien au lactophénol, ce qui permet une observation différée de la lame.

La lame peut également être préparée de façon différée :

Dans le cadre d'une recherche de teigne et en cas d'observation différée, le prélèvement peut être conservé dans un récipient sec, sans précaution particulière.

Dans le cadre d'une recherche d'acariens ou de filaires, le prélèvement doit être conservé dans de l'alcool à 70° ou dans une boite accompagnée d'ouate humide afin d'éviter le dessèchement des parasites.

 

INTERPRETATION

 

La mise en évidence d'un parasite ou de ses oeufs par cette méthode conduit à un diagnostic de certitude.

 

Toutefois, l’absence d’observation du parasite recherché ne permet pas d’exclure une hypothèse de dermatose parasitaire si le contexte épidémio clinique en est évocateur. Les faux négatifs peuvent être fréquents et dus :

-à un mauvais choix des lésions (lésions trop anciennes et remaniées, difficulté d’accès, région du corps peu infectée)

-à des difficultés techniques (parasite trop profond et/ou très disséminé, peau très épaisse)

 

Le renouvellement des raclages ou la réalisation d’autres examens (traitement d’épreuve, mise en culture) permet dans cette situation de confirmer ou d´infirmer cette hypothèse.