Anesthésie et analgésie des oiseaux et des reptiles  
Contention et examen clinique
Lézards
Contention
Pour les lézards, la contention doit être plutôt douce car plus on exerce une pression importante, plus il va chercher à s’échapper.

Pour les petits spécimens, deux doigts sont placés de chaque côté du cou et deux doigts au niveau du bassin.
Pour les plus grands spécimens, une main est placée au niveau du cou et des épaules et l’autre au niveau du bassin (SAWYER 2008). 

Pour les lézards peu coopératifs, on peut s’aider d’une serviette, et la placer sur la tête du reptile, ce qui le désoriente et rend la contention et l’examen clinique plus facile (MADER 2006). 

Il faut également veiller à ne pas les saisir par la queue à cause de leur capacité de l’abandonner en cas de stress important, appelée autotomie.
Les familles de lézards ayant cette capacité sont les Iguanidés, les Lacertidés, les Geckos ainsi que certains Scinques (JEPSON, TULLY 2009). 

Il faut aussi éviter d’appliquer une force trop importante lors de la contention car cela risquerai d’entraver la respiration (MORAILLON et al. 2010). 
Examen clinique:
Evaluation du score corporel
L’état corporel est déterminé par l’observation de la musculature vertébrale, dorsale de la queue, du bassin et dorso-latérale de la région scapulaire.
Une forme concave d’une de ces zones indique un lézard en mauvais état d’embonpoint (BALLARD, CHEEK 2010). 

Les réserves graisseuses présentes dans la queue vont être intimement liées au score corporel de l’animal. 

Score corporel

Observations

1/5

Structures osseuses proéminentes : processus épineux, côtes, os des membres, bassin

2/5

Structures osseuses toujours visibles mais moins proéminentes, musculature modérée au niveau de la colonne vertébrale et des membres

3/5

Processus épineux, côtes, bassin encore visibles ou parfaitement palpables avec une légère pression, bonne couverture musculaire des membres

4/5

Processus épineux, côtes et bassin à peine visibles et difficilement palpables, léger élargissement de l’abdomen par rapport au thorax

5/5

Processus épineux, côtes et bassin non visibles et très difficilement palpables, élargissement important de l’abdomen par rapport au thorax

Tableau permettant d’évaluer le score corporel d’un lézard

(VARGA et al., 2012)

 

BIBLIOGRAPHIE
BALLARD, B., CHEEK, R., (2010). Exotic animal medicine for the veterinary technician. 2nd edition. Wiley-Blackwell, 484p. 

JEPSON, L., TULLY, T.N., (2009). Exotic animal medicine. A quick reference guide. Edinburgh : Saunders Elsevier, 579p. 

MADER, D. R., (2006). Reptile medicine and surgery. 2nd edition. St Louis : Saunders Elsevier, 1242p. 

MORAILLON, R., LEGEAY, Y., BOUSSARIE, D., SENECAT, O., JOSSIER, R., ROYER, D., (2010). Dictionnaire pratique de thérapeutique chien, chat et NAC. 7ème édition. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson, 909p. 

SAWYER, D. C., (2008). The practice of veterinary anesthesia: small animals, birds, fish and reptiles. Jackson : Teton New Media, 384p. 

VARGA, M., LUMBIS, R., GOTT, L., (2012). BSAVA Manual of exotic pet and wildlife nursing. Gloucester : BSAVA, 304p. 
Le site "Anesthésie et Analgésie des oiseaux et des reptiles" a été réalisé dans le cadre d'une thèse vétérinaire soutenue par C.Noirot.  
Il est donc protégé par la législation en vigueur au terme de la loi du 11 mars 1957 :
"toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droits ou ayant cause est illicite" 
@CharlotteNoirot 2016