Anesthésie et analgésie des oiseaux et des reptiles  
Monitorage
Lézards
Profondeur de l’anesthésie
Les réflexes cornéen et palpébral ne sont pas utilisables chez certaines espèces de lézards du fait de la fusion des paupières formant une lunette pré cornéenne (MULOT, 2000).  
Dans les espèces possédant des paupières, l’absence de réflexe cornéen signe une anesthésie trop profonde.
Cependant, il peut ne pas être évaluable car certaines espèces ferment les paupières pendant l’anesthésie (FERREIRA, 2006). 
 
Le réflexe de redressement doit être absent chez les lézards au stade d’anesthésie chirurgicale, c’est le premier à disparaître et le dernier à réapparaître (BERTELSEN, SAUER, 2011 ; SAUVAGET et al., 2008). 
Chez les lézards, la myorelaxation débute en général à la moitié du corps puis progresse vers la tête et ensuite vers la queue (WEST et al., 2007). 

 

 

Stade 1

Sédation

Stade 2

Sédation profonde

Stade 3

Anesthésie chirurgicale

Stade 4

Anesthésie

toxique

Réflexe de redressement

+

+/-

-

-

Réflexe palpébral

+

+/-

-

-

Réflexe cornéen

+

+

+/-

-

Tableau permettant d’évaluer la profondeur anesthésique

en fonction des réflexes présents chez les lézards

(FERREIRA, 2006 ; VARGA et al., 2012)

 

Système cardiovasculaire
La capteur du Doppler sera placé au niveau du cœur, de l’artère carotide ou de l’artère coccygienne à la base de la queue chez les lézards (MULOT, 2000 ; SAUVAGET et al., 2008).

     

Photographie illustrant l’utilisation du Doppler au niveau du cœur sur des Iguanes verts ©Julien GOIN
Les électrodes de l’ECG sont placées avec des emplacements similaires aux mammifères.
Chez les lézards, on placera néanmoins les électrodes antérieures en région cervicale car le cœur est situé au niveau de la ceinture pectorale (MOSLEY, 2005 ; SAUVAGET et al., 2008).

Photographie illustrant un emplacement possible des électrodes pour la réalisation
d’un électrocardiogramme sur un Caméléon panthère
©Julien GOIN
Il y a peu de valeurs de référence  pour la pression artérielle chez les reptiles.
Cependant, chez certains lézards, la pression artérielle peut monter jusqu’à 60 à 80mmHg, et elle est en moyenne de 40 à 50mmHg pour l’Iguane vert (MARTINEZ-JIMENEZ, HERNANDEZ-DIVERS, 2007).
Système respiratoire
La respiration peut être visualisée chez les lézards par les mouvements de la paroi thoracique.  
 
Chez l’Iguane vert, l’oxymétrie de pouls semble être fiable (SAUVAGET et al., 2008). 
BIBLIOGRAPHIE
BERTELSEN, M., SAUER, C., (2011). Alfaxalone anaesthesia in the green iguana (Iguana iguana). Veterinary Anaesthesia and Analgesia, Volume 38, N°5, 461‑466.  

FERREIRA, X., (2006). L’anesthésie des reptiles. Nouv. Prat. vét. canine féline, Volume 26, 75‑78.  

MARTINEZ-JIMENEZ, D., HERNANDEZ-DIVERS, S.J., (2007). Emergency Care of Reptiles. Veterinary Clinics of North America: Exotic Animal Practice, Volume 10, N°2, 557‑585. 

MOSLEY, C., (2005). Anesthesia and Analgesia in Reptiles. Seminars in Avian and Exotic Pet Medicine, Volume 14, N°4, 243‑262. 

MULOT, B., (2000). Anesthésie et analgésie des reptiles. In : Encyclopédie Vétérinaire - Anesthésie-Réanimation. Paris : Elsevier, 600.  

SAUVAGET, S., HOLOPHERNE, D., RISI, E., (2008). Méthode de surveillance de l’anesthésie chez les reptiles. Point vétérinaire, Volume 39, 16‑17.  

VARGA, M., LUMBIS, R., GOTT, L., (2012). BSAVA Manual of exotic pet and wildlife nursing. Gloucester : BSAVA, 304p.  

WEST, G., HEARD, D., CAULKETT, N., (2007). Zoo animal and wildlife. Immobilization and anesthesia. Oxford : Blackwell Publishing, 718p.  
Le site "Anesthésie et Analgésie des oiseaux et des reptiles" a été réalisé dans le cadre d'une thèse vétérinaire soutenue par C.Noirot.  
Il est donc protégé par la législation en vigueur au terme de la loi du 11 mars 1957 :
"toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droits ou ayant cause est illicite" 
@CharlotteNoirot 2016