Anesthésie et analgésie des oiseaux et des reptiles  
Monitorage
Serpents
Profondeur de l’anesthésie
Les réflexes cornéen et palpébral ne sont pas utilisables chez les serpents du fait de la fusion des paupières formant une lunette pré cornéenne (MULOT, 2000). 
 
Le réflexe de redressement doit être absent chez les serpents au stade d’anesthésie chirurgicale, c’est le premier à disparaître et le dernier à réapparaître (SAUVAGET et al., 2008).  
Chez les serpents, le réflexe de Bauchstreich, c'est-à-dire des mouvements de la paroi musculaire lors de frottements appliqués au niveau des écailles ventrales, doit être réduit à absent au stade anesthésie chirurgicale (FERREIRA, 2006). 
 
Chez les serpents, la perte de tonus pendant l’induction débute par la tête pour finir par la queue tandis qu’au cours du réveil, le tonus revient d’abord par la queue.
Chez les ophidiens, la myorelaxation peut ne jamais être complète sans que l’anesthésie soit insuffisante (SAUVAGET et al., 2008). 

 

 

Stade 1

Sédation

Stade 2

Sédation profonde

Stade 3

Anesthésie chirurgicale

Stade 4

Anesthésie

toxique

Réflexe de redressement

+

+/-

-

-

Réflexe de Bauschtreich

+

+/-

+/-

-

Tableau permettant d’évaluer la profondeur anesthésique en fonction

des réflexes présents chez les serpents

(FERREIRA, 2006; VARGA et al., 2012)

 

Système cardiovasculaire
Le capteur du Doppler sera placée au niveau du cœur ou de l’artère coccygienne chez les serpents, ou sur l’œil chez les serpents de grande taille (SAUVAGET et al., 2008; WEST et al., 2007). 
 
Les électrodes de l’ECG sont placées crânialement et caudalement au cœur, à 2 fois la longueur du cœur de distance de chaque côté (SAUVAGET et al., 2008). 

Photographie illustrant l’emplacement des électrodes pour la réalisation d’un électrocardiogramme sur un Boa constricteur
©Julien GOIN
Aucune valeur de référence n’a été calculée pour la pression artérielle des serpents.
Les serpents arboricoles auront tendance à avoir une pression artérielle plus haute que les espèces aquatiques (WEST et al., 2007).
Système respiratoire
La respiration peut être visualisée chez les serpents par les mouvements de la paroi thoracique.
BIBLIOGRAPHIE
FERREIRA, X., (2006). L’anesthésie des reptiles. Nouv. Prat. vét. canine féline, Volume 26, 75‑78.  

MULOT, B., (2000). Anesthésie et analgésie des reptiles. In : Encyclopédie Vétérinaire - Anesthésie-Réanimation. Paris : Elsevier, 600.  

SAUVAGET, S., HOLOPHERNE, D., RISI, E., (2008). Méthode de surveillance de l’anesthésie chez les reptiles. Point vétérinaire, Volume 39, 16‑17.  

VARGA, M., LUMBIS, R., GOTT, L., (2012). BSAVA Manual of exotic pet and wildlife nursing. Gloucester : BSAVA, 304p.  

WEST, G., HEARD, D., CAULKETT, N., (2007). Zoo animal and wildlife. Immobilization and anesthesia. Oxford : Blackwell Publishing, 718p.  
Le site "Anesthésie et Analgésie des oiseaux et des reptiles" a été réalisé dans le cadre d'une thèse vétérinaire soutenue par C.Noirot.  
Il est donc protégé par la législation en vigueur au terme de la loi du 11 mars 1957 :
"toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant droits ou ayant cause est illicite" 
@CharlotteNoirot 2016